Moonlight City

Forum RP Fantasy
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D. H. E. Lyya, mais dites juste Ly

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyya D.
Jeune magicien
avatar

Masculin Sagittaire Buffle
Messages : 9
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 20
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Age: Indéterminé
Pouvoirs / Capacités:
Inventaire:

MessageSujet: D. H. E. Lyya, mais dites juste Ly    Ven 15 Juin - 19:01

Le personnage sur votre avatar vient-il d'un manga/jeu vidéo précis ou connaissez vous l'artiste ? (si oui donnez le nom du personnage également)

~ Votre Personnage ~


Nom : D. ( et pas celui de One.Piece )

Prénom : Lyya (humaine), Helios (humain), Auguste (démon)

Age : Aussi vieux que l’Homme

Date et lieu de naissance : Aucune idée...

Race : Démon

Description mentale (3 lignes minimum):
D. est quelqu’un de curieux et de bienveillant la plupart du temps, et bien son immortalité a bien entaché sa curiosité, les individue particulier sont toujours un régale pour lui, qui a soif de nouvelles expériences. Être au caractère bien tranché D. peut aussi bien se trouver une folle envie de faire le mal et de tuer. Souffrant d’un léger masochisme, elle gère plutôt bien la douleur de manière générale. Mais ne vous en faites pas, si elle souffre de masochisme, elle préfère largement appliquer les tourments que les recevoir. Et nous ne parlons pas que de sex ! Jouant sur son immortalité et sa capacité à ignorer les blessures les plus graves, elle se délecte de la peur sur les visages des autres. La peur, l'horreur, le dégoût, autant de traumatisme pour les autres.

Mais ce masque de cruauté et d’insanité dispose d’une seconde face. Douce, charmante et curieuse. Personnage à la personnalité naïve, et fraternel a tel point que l’on pourrait parler de candeur. Mais ce n’est qu’une façade la naïveté lui va bien, mais elle préfère la sympathie. C’est un aspect très versatile et changeant en fonction de ses envies, mais dans ses bons moments, vous pourriez facilement penser qu’elle a seize ans, et qu’elle sort pour la première fois dans la rue.

Description physique précise (3 lignes minimum):
D.:
 
D. en lui même est un être démoniaque de trois mètre de hauts, maigre, et couvert d’un voile ne sort que de nuit et son visage perpétuellement masqué sous un crâne reflète la moindre lumière. La déformant et lui donnant un aspect terne et sans vie, ajoutez a ça sa tenues de draps noir flottant autour de lui, et le fait d’il ai l’air de flotter, vous semblez vraiment vous trouver face a la mort en personne. Parlant d’une voix spectrale qui semble rebondire sur les parois et dans les oreils des gens. Ses yeux, soit invisible soit blanc luisent et semblent capable de voir dans l’obscurité la plus complète et pourrait ( si ils en avaient le pouvoir ) tuer un homme simplement en se posant dessus.

Lyya:
 
Lorsqu'on aperçoit dans cette forme. C'est l'innocence qui nous vient a l'esprit. Une allure de jeune femme enfant. Un corps mince et très pâle, un teint presque laiteux. Ses cheveux entourent un visage fin, heureux et souriant, pour descendre en cascade jusque dans le bas de son dos, le blond foncé contrastant avec sa pâleur.
Un franc sourire empreint son visage de sympathie. On en oublierait presque son statut.
Si on s'attarde sur le style vestimentaire celui ci est simple et moderne. Des tennis, et une tenue confortable et sans fioritures.
Hélios:
 
Hélios… un mètre quatre vingt dix, les yeux jaune pâle, une barbe mal taillé tirant sur le brun roux, un visage fin et jovial, un nez peut être trop long met fin et discret, surplombant un sourir joueur,  des cheveux rouge en bataille lui tombant sur les épaules.
Toujours vêtue de vêtement officiel, pantalon noir, chemise blanche, veste de costume sur mesure, chaussure de soirée noir, cravate noir. Mais le chemise en vrac et trop ouverte sur son torse, sa cravate aussi bien mise que ses cheveux.

Auguste:
 
La forme démoniaque officiel. Deux mètre cinquante en muscle et en chaire. Des cheveux brun tombant en cascade sous ses épaules, encadre un visage carré et incrusté de deux yeux rouges. Le tout orné de deux longues oreilles à la manières des elfes et de deux cornes. Privilégiant des couleur comme le rouge et le doré pour ses vêtements, monsieur Auguste D. porte constamment un costume trois pièces, surmonté d’un long manteau rouge et d’un chapeau noir. Un sourir narquois sur le visage il a une certain inclinaison pour le tabac en particulier le cigare, il n’est donc pas rare de le voir ganté de cuir noir tenant un étui ou une flasque à la main. Il porte aussi un monstre à gousset dans sa poche de pantalon. Elle fut modifié pour faire un son bien plus fort que la moyenne ainsi de tout temps, l’on peut entendre le temps passer en sa présence.

Pouvoirs et capacités (en plus de ceux de base : à détailler au maximum avec les effets de chaque pouvoir, durée, contraintes etc.):

L’immortalité.
N'allez pas vous imaginez des chose hallucinante sur ce pouvoir… Il ne lui permet que de changer de corps avec que le sien ne soit plus viable. Après quand a savoir ce que signifie viable… Ca c’est autre chose ! Le corps n’est plus viable lorsqu’il n’est plus capable d’être autonome. Coupez lui la tête, mais aussi fou que ça puisse paraître, le corp reste capable de bouger, donc il continuera de bouger comme si la tête est toujours dessus. Vous connaissez la légende du cavalier sans tête ? Bah voila. Il n’avait juste pas l’envie de se suicider du coup il a passé un certain temps sans sa tête…
Pour les plus sceptique qui diront qu'un corps sans tête n'est pas viable sachez que ! D. arrive a maintenir un lien magique entre un membre perdu et le reste du corps. Un bras sectionné ne pourrira pas tant que le corps est toujours présent, mais il ne pourra pas non plus s'en servir. Si la tête est coupé (comme dans le cas si dessus), le lien s'établie normalement donnant la vue au cavalier par la tête tranché, mais la bouche ne saurait parler.
Lorsque le corps n’est plus viable, c’est a dire si vous lui coupez les deux bras, les deux jambes, un bras et une jambe, que vous la changez en or, ou que vous lui arrachez le coeur, le corps actuelle disparaît et dans les dix secondes qui suivent, un nouveau apparaît dans un rayon de trois mètres de l’ancien. Il est fonctionnel et bien portant. Jusqu’à ce que vous le frappiez à nouveau.

Baiser de la mort.
Il semble que je sois à cours de noms originaux… Comment vous parlez de ça facilement… Si elle vous embrasse vous êtes mort. Fin de l’histoire, tombé de rideaux. Après un petit bisous sur la joue ne vous fera pas le moindre mal. Mais gare à vous si il atteint vos lèvres. Ce pouvoir ne se déclenche que lorsqu’elle le veut. Vous imaginez la galère que c’était si elle ne le maîtrisait pas ? Ne vous imaginez rien. Ce pouvoir est comme les autres. Il se travaille. A une époque elle tué quiconque touché ses lèvres. Maintenant elle peut ne pas les tuer si elle le souhaite.

Changement de corps.
Encore un nom qui parle de lui même… Ce pouvoir n’est pas une simple métamorphose, c’est littéralement un changement de corps. Changement de genre, de voix, d’odeur. Le seul point commun est l’intérieure. L’âme dans le corp reste le même et de ce fait les pouvoirs individuel des corps ne changent pas. Elle dispose de son véritable corps,( mais elle ne le sort que très rarement) qui ressemble à la faucheuse, je vais pas vous faire de dessins. Vous voyez a quoi ça ressemble. Elle dispose ensuite d’un nombres de corps infini, bien qu’elle n’en utilise régulièrement que trois. ( voir signature ) Le sort n'est pas une métamorphose, D. fait apparaître son nouveau corps devant lui et "entre dedans" laissant l'autre disparaître derrière lui.

Histoire, famille, amour (6 lignes minimum, ça devrait pas être trop dur avec tout ça ^^):

“  Ou ? Ou suis je ? Que suis je ?
J’ai mis longtemps a comprendre. Je ne suis personne, et je ne suis nule part.

 En-suite je me suis demandé, pourquoi suis je ?
Parce que personne ne vie eternellement.

 Je suis apparue dans le noir et la douleur. Apparue dans l’amertume et le regret. Née de l’impuissance et de la frustration. Mais dans le fond, caché et ensevelie, se trouve de l’espoire et de l’amour. Chaque personne qui disparaît laisse quelque chose derrière elle. Chaque personne voué à disparaître apporte quelque chose. Peur, appréhension, soulagement, colère, tous sans exceptions… Chacun. Ces petites choses, ces pensées m’ont faites. Elles m’ont façonnées. M’ont constitués. Mais. Dois-je être comme ce qu’ils pensent que je suis ?

 Je l’ai longtemps crue. J’ai longtemps joué votre jeu. Je passais toujours pour le méchant. Pour le monstre qui arrachait un frère. Une soeur. Un père. Une mère. Un ami ? Un amant ? Je n’étais que ça pour vous ! Un monstre responsable de vos déchirures.  “C’est toujours de sa faute ! Elle l’a emporté ! Il est partit la rejoindre ! Elle me l’a pris ! “
 Ne pouviez vous pas simplement accepter ? Ne pouviez vous pas juste lever la tête et pleurer ? Croyez vous que je ne ressent rien ? Que je suis comme l’une de vos machine ? Ces machines que vous avez créés pour me retenir ? Vous me craignez tellement que vous ne voulez même plus me combattre ? Vous avez conçu des machine qui le font pour vous…
 Mais je vous comprend. Je suis un monstre c’est ça ? Je n’ai pas le droit de prendre quelqu’un dans mes bras et de lui avouer ce que je ressens, c’est ça ? Je doit garder la tête haute, et les yeux secs ?! Je n’ai pas le droit de m’agenouiller auprès de vous et de pleurer vos cagrins ? Non. Je n’ai pas le droit. Car je suis la cause d’une partie de vos chagrins.

 Vous m’aviez prise pour un monstre, alors j’ai était le pire de tous. Me laissant aller à toutes mes folies. rien n’était trop violent. Trop douloureux ! Trop déchirant ? Vous n’avez jamais pensé à vous remettre en question. Je ne suis qu’une de vos nombreuses étapes. Vous naissez. Vous grandissez. Vous vivez. Puis vous dépérissez. Et pour finir vous me rejoignez.
 Je vous en ai voulu. Vous ne m’avez jamais comprise ! Vous n’avez jamais essayé ! Jusqu’à récemment. Enfin… Tout est relatif. Nous ne devons pas voir le Temps de la même manière… Après un certain temps du coup. Vous avez commencez a me donner de nouveaux noms. De nouveaux visages. Et enfin, pour la première fois ! J’avais une personnalité à moi ! Vous aviez enfin compris qui j’étais ! Et ce que je représentais ! Vous aviez crue en moi ! J'étais une être à part entière, comme l’amour, ou la guerre ! J’étais quelqu’un ! Vous m’aviez rendu heureux. Vous m’aviez rendue vivante. Pour la première fois, je vous comprenez aussi. Vos peurs, vos appréhensions. Toutes ces choses qui m’avaient fait naître. C’est en me sentant proche de vous que je le compris ! Nous vécûmes un certain temps dans cette sorte de coexistence.

Mais vous avez changez...

 C’est peut être dans votre nature que de changer ? Mais dites moi ? Pourquoi êtes vous repartie en arrière ? Vous aviez compris que j’étais là ! Que j’existais ! Vous m’aviez même donnez des noms ! ou que vous soyez sur ce monde ! Vous m’aviez tous donné un nom ! Mais l’Histoire et la vie fait son office. Vous m’aviez remplacé. Oubliez. J’étais de retour au placard. De retour sous vos lits. De nouveaux, je n’étais plus qu’une idée a blâmé pour vos déchirures ! Votre espèce est elle trop fragile pour imaginer que je suis bel et bien ? D’autres espèces plus stupide l’ont compris ! Mais pas vous ! Pourquoi ? Je m’en moquais de la reconnaissance des miens ! C’était la vôtre que je voulais ! C’était vous que j’aimais ! Mais en plus de m’oubliez ! Vous avez massacré ceux qui ne vous ressemblez pas ! Vous avez peur de moi. Vous ne voulez pas que je vous trouve. Vous ne voulez pas de mon étreinte. Mais vous poussez ceux qui ne vous ressemble pas vers moi ? Vous êtes ridicules. Et petit… Pourquoi ai-je perdue tant de temps pour vous ? Pourquoi ai-je versé tant de larmes lorsque j’ai compris, que c’est de votre fautes, si j’existe ? Quand j’ai compris que vous m’aviez faite. Que vous m’avez façonné comme je suis ! Mais que vous me rejeté e vous rendant compte que je vous faisais peur.

 Mais ! Stupide comme j’étais je suis resté avec vous ! Alors que les miens partez en masse vers un monde qui se voulait meilleur, je suis resté avec vous ! J’étais la seul qui avez foi en vous ! Et jamais. Jamais vous ne m’avez rendue cette confiance. Vous faisiez tout pour ne pas penser à moi ! Les seuls parmis vous qui voulais de moi, était les plus démunie. Ceux qui n’en pouvait plus de lutter. Ceux que la douleur terrassait. Et a une époque j’ai crue que vous vouliez me rendre grâce ! Que vous aviez compris que j’étais là ! Que vous vouliez vous racheter ! Mais je me suis vite rendue compte que ce que vous appeliez guerre mondiale n’était pas un sacrifice envers moi. Ces coutumes vous les aviez laissé trois milliers d’année en arrière non ? Comment ai-je put être aussi stupide ?! Comment ais-je pu un seul instant que vous alliez me célébrer !? Je savais ce que c’était qu’une guerre ! Alors pourquoi ais-je crue ? Peut être que toutes ces vie qui s’envolaient avec l'espoir que ce que vous faisiez finisse vite. Peut être que leurs espoir et leurs tristesse avez déteintes sur moi.
 Quoi qu’il en soit, ce fut une nouvelle désillusion. La dernière. Je vous dis à dieu ! J’ai passé malgrés tout de bon moment chez vous ! j’ai “vécue” de belle chose parmis vous ! Je pense avoir compris comment vous vivez maintenant. Vous n’avez plus besoin de moi. Vous n’avez plus besoin de la représentation de la peur que je suscite en vous.

 Ceci est une étude si je puis dire de ma vie. Je ne parlerais pas de ce que j’ai vécue parmis vous. il y aurait trop de choses a dire ! Je suis aussi vieille que votre espèce tout entière. Mais j’ai passé de magnifique moment. De la joie. De la haine. De l’amour, aussi je pense ? Vous ne me reverrez plus ici ! Je pars rejoindre les miens ! Peut être qu’eux ne me craindront pas autant que vous ! Peut être qu’à eux, je pourrais dire qui je suis vraiment sans qu’ils ne cherchent à m’exclure ?

 Peut être suis-je folle ? A quoi sert l’espoir, lorsque l’on est moi… Je comprend qu’on ressente de l’espoir quand on doit me voir. L’espoir que ce ne soit pas douloureux. L’espoir que je les délivre de leurs afflictions. Mais moi. A quoi cela me sert il ? Peut être puis un jour espérer rencontrer mon successeur ? Peut être un jour verrais-je la Mort ? Et ce jour la je me dirais quoi ? Peut être me sourirais-je, comme le font certains quand je vais les voir ? Peut être…”

Un sourir amère au lèvre elle ferma le journal dans sa main et le jeta un peu plus loin. Elle se tenait face a sa nouvelle vie. Une vie qui devait être meilleure que toutes celles qu’elle parmis les humains. ils lui avaient brisé le coeur une fois de plus… L’homme qu’elle aimait venait de mourir dans la pièce derrière elle. Les trois coups de feu tiré signifiait bien la mort de son amant. il s’était enfin décidé à tirer…  Laissant couler ses larmes, elle fit un pa de plus et entra dans le portail qui devait la mener dans la mythique Moonlight. Si elle avait sut… Il y eut un problème avec sa téléportation. Ses sentiments avaient dut interférer dans le processus. Son corps était bien arrivé dans l’autre monde, mais pas ses pouvoirs. Son âme avait été fractionné. Seul le temps pourrait résoudre le problème. Lâchant un soupire Ewilane se mit a déambuler dans les rues de la ville sans but. Que pouvait elle bien faire dans ce nouveau monde ? Elle pouvait essayer de vivre a nouveau une vie normal. Ou elle pouvait enfin commencer a faire ce qu’elle voulait sans se soucier des conséquence. Après tout. elle ne possédait plus q’un centième de sa puissance d’antan, elle ne risquerait pas de raser la ville sur un coup de tête, elle n’en était plus capable et doutait recouvrer totalement ses anciens pouvoirs.

Elle avait mené de nombreuse vies parmis les humains, mais elle s’était toujours bridé dans ses actes. Elle ne jouait que rarement, car a chaque fois elle faisait parler d’elle, dans le monde entier… Une fois, elle fut accusé de sorcellerie et elle fut décapité. Et pour terroriser ses bourreaux, elle continua de faire vivre son corp pendant encore quelques années. Elle avait donné naissance a la légende du cavalier sans tête. Cella l’avait bien amusé, mais aussi bien attiré l’attention des chasseurs de monstres sur elle. La frivolité lui faisait perdre toute mesure. Elle avait vécue comme un dieu aussi. Et cela dans de nombreuses civilisations ! Mais comment résumer sa vie, sans être redondant ? Faire un résumé d’un millier de vie ? Vous pouvez vous dire, qu’elle vécut le meilleure comme le pire. Qu’elle passait de l’être omnipotent au simple humain en fonction de ses envies… Mais tout cela est fini aujourd’hui...

Autre : (facultatif, c'est juste si vous avez quelque chose à dire en plus ^^)

~ Vous dans la réalité ~


Prénom : Nope

Age : Presque 20 ( vous fiez pas au profil )

Comment avez vous connu le forum ? 4eme comptes ?

Combien de temps pouvez vous y consacrez ? Tant que je bosses pas, beaucouuuuuuuup de temps.

Avez-vous déjà une expérience en matière de RP ? Yep !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yukia Rasphodos
Victime du paranormal
avatar

Féminin Verseau Coq
Messages : 238
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 25
Localisation : A la découverte de Moonlight City
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Age: 19 ans
Pouvoirs / Capacités:
Inventaire:

MessageSujet: Re: D. H. E. Lyya, mais dites juste Ly    Ven 15 Juin - 22:54

Bonjour Lyya et (re)bienvenue parmi nous !

Ta fiche est nickel, je te valide donc !

Je te souhaite de passer un bon moment parmi nous. Smile

~~~~~~~~~~~~
Don't mess with a wolf !


Rps avec : ღ Lysander, Joséphine et Edwin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
D. H. E. Lyya, mais dites juste Ly
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dsl mais je fai se que vous me dites^^
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight City :: ~ Avant de RP ~ :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: